L’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Rabat est toujours grande parmi les Grandes Ecoles d’Ingénieurs du royaume. Ses lauréats détiennent des postes clés dans les secteurs de la gestion publique, dans l’industrie, dans le secteur minier mais aussi dans l’enseignement et la recherche scientifique. Elle est placée sous tutelle du Ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement. La formation à l’école est une formation polyvalente sur 3 ans : 50% du programme est dédié au tronc commun, c’est le socle de la formation et 50% permettent de donner une coloration à l’élève dans les domaines de base de l’industrie (Géologie, Mines, Matériau, Electromécanique, Génie des procédés, Energétique, Management des systèmes d’information et de production et le Génie Industriel).

Nous avons démarré l’année 2019-2020 avec beaucoup d’enthousiasme : Sur le plan pédagogique, les départements travaillent à la préparation des nouvelles accréditations de leurs filières. Les activités de recherche se sont poursuivies malgré le retard dans l’autorisation de l’école à ouvrir sa propre école doctorale. Des missions en France dans le cadre de l’élargissement de l’éventail de la formation ou dans le cadre de projets de l’école ont été effectuées. Plusieurs manifestations ont été programmées : forum ENSMR Entreprises, rencontres sportives. L’annonce de la propagation du Covid19, la fermeture des frontières et le confinement général ont stoppé cet élan et des mesures exceptionnelles ont été prises à l’école pour participer à l’effort national pour éradiquer ce fléau.

La première mesure fut d’abord de fermer la résidence et de permettre aux élèves de rentrer chez eux de manière ordonnée. Nos élèves étrangers, originaires de pays africains, en l’absence de liaisons aériennes, sont actuellement les seuls résidents. La nécessité de poursuivre l’administration de l’école nous a obligé d’organiser rapidement le travail à distance et l’organisation de permanence à la fin de la période de confinement.

Pour l’enseignement, nous avons organisé une consultation permanente des enseignants et des réunions en visioconférences pour établir des règles de conduite afin de poursuivre la formation et réussir l’année : Les cours se sont poursuivis sur le Net, les encadrements des stages pour les projets de fin d’études aussi. Les soutenances se sont déroulées en mode virtuel. Pour permettre une meilleure évaluation et sur instruction du MENFPRS, les examens et les rattrapages ont été organisés en septembre à distance créant un léger retard de la rentrée. Les efforts du corps enseignant sont à saluer : une grande rapidité d’adaptation nous a permis de sauver l’année l’académique mais aussi d’envisager l’avenir avec beaucoup d’enthousiasme, avec désormais, une utilisation performante des nouveaux outils de communication.

Des évaluations de ces nouveaux systèmes sont en cours à l’échelle de l’école. Il s’agira de les confronter à l’expérience nationale et internationale pour trouver un système durable de formation et de recherche en mesure de faire face aux défis qui nous guettent dans l’avenir.